Mieux prévenir les mauvais traitements

plaidoyer 04/2018 du

de

Le cercle des personnes devant signaler à l’autorité des soupçons de mauvais traitement envers les enfants s’élargit. Dès le début de 2019, il ne comprendra plus seulement les personnes exerçant une fonction officielle, mais toutes celles qui sont en contact régulier avec des mineurs de par leur profession, tels les employés de crèche ou les moniteurs sportifs. Ils devront alerter l’autorité de protection de l’enfant dès qu’ils auront connaissance d’indices concrets que l’intégrité physique, psychique ou sexuelle d’un enfant est en danger et qu’ils ne sont pas en mesure de remédier à la situation.

Quant aux avocats, médecins et autres personnes soumises au secret professionnel conformément au code pénal, ils pourront se tourner vers l’autorité si l’intérêt de l’enfant l’exige. Ils ne peuvent actuellement le faire que si un acte punissable a été commis.

 

traitement de l'article

Dieser Artikel ist folgenden Themen zugeordnet

Weitere Artikel zum Thema

Précisions sur le mandat d’office

plaidoyer 05/2016 vom 26 septembre 2016

Me Mia Los est agacée, car elle vient de recevoir une décision où le juge a fixé son indemnité d’office dans un jugement de divorce en ne tenant pas compte – sans raison – de toutes les opérations qu’elle a accomplies. Elle hésite à recourir. Elle n’est plus sûre du délai de recours et elle va bientôt accoucher. Elle se demande d’ailleurs si cela posera un problème que ses mandats d’office soient assumés par un autre avocat de l’étude durant son congé maternité. Et quid de la TVA, qui n’a pas été prise en compte dans une autre décision sur son indemnité? Ou d’un client qui demande le remboursement des provisions versées dès lors que l’assistance judiciaire vient de lui être accordée avec effet au début du mandat? lire la suite...