L’ex-procureur tessinois s’engage contre le dopage

plaidoyer 3/14 du | actualisé le

de

Les menaces et les critiques n’ont pas dissuadé Dick Marty de lutter contre le crime organisé et les activités illégales des services secrets. Théoriquement à la retraite, il s’est néamnoins trouvé une nouvelle cible, le dopage dans le domaine sportif.

A première vue, Dick Marty est un homme discret. On a de la peine à l’imaginer, en 1987, dans la peau du procureur général du Tessin qui œuvrait indirectement à la chute de la conseillère fédérale Elisabeth Kopp, suite au démantèlement de la «Lebanon connection». Plus récemment, il s’est à nouveau trouvé sous le feu des projecteurs avec ses rapports sur les prisons secrètes de la CIA et le trafic d’organes au Kosovo.

Mais que devient l’ancien élu radical de 69 ans, après son retrait du Conseil d’Etat tessinois? «Je suis retraité», répond-il modestement et en souriant, en se calant confortablement au fond de son siège du Café fédéral à Berne.

Dick Marty a grandi au Tessin, comme protestant dans un canton catholique. Il en a été marqué: à l’école, pendant le cours de religion, il devait quitter la classe, se souvient-il. «Ah, tu es protestant!» lui disait-on. C’était perçu négativement. [...]

Attention: Article payant

Sans abonnement de plaidoyer ou Online-Abo, cet article est payant.

Abonnez-vous maintenant

Lire l'article

Les abonnés de plaidoyer ou Online-Abo peuvent lire cet article gratuitement.

Nom de famille/entreprise OU Nickname:
numéro d'abonné OU Mot de pass:

Acheter l'article

Cet article coûte 3,00 CHF
Payment seulement avec carte de crédit ou postcard. Vour recevez l'article en format pdf par email.

Acheter maintenant

Dieser Artikel ist folgenden Themen zugeordnet

Weitere Artikel zum Thema

«Les juges fédéraux doivent prendre position publiquement»

«Les juges manquent de sensibilité à l’égard du devenir de l’enfant»

La criminalité économique dans le viseur