Le déclin du mythe de l’infaillibilité des empreintes digitales 

plaidoyer 01/2019 du

de

Des erreurs peuvent se Le déclin du mythe de l’infaillibilité des empreintes digitales produire lorsqu’un expert compare des empreintes digitales. L’attribution définitive d’une trace à un suspect doit incomber au juge et non à l’expert.

Un spécialiste de l’identité judiciaire en train de comparer des empreintes. (Photo: keystone)

Un spécialiste de l’identité judiciaire en train de comparer des empreintes. (Photo: keystone)

L’Ecole des sciences criminelles de l’Université de Lausanne a accueilli au mois de septembre dernier la conférence annuelle du groupe de travail sur les empreintes digitales de l’European Network of Forensic Science Institutes, l’organisation faîtière de tous les laboratoires forensiques européens. Cet événement, qui a réuni une centaine d’experts, de praticiens et de chercheurs venus de toute l’Europe [...]

Attention: Article payant

Sans abonnement de plaidoyer ou Online-Abo, cet article est payant.

Abonnez-vous maintenant

Lire l'article

Les abonnés de plaidoyer ou Online-Abo peuvent lire cet article gratuitement.

Nom de famille/entreprise OU Nickname:
numéro d'abonné OU Mot de pass:

Acheter l'article

Cet article coûte 3,00 CHF
Payment seulement avec carte de crédit ou postcard. Vour recevez l'article en format pdf par email.

Acheter maintenant

Dieser Artikel ist folgenden Themen zugeordnet

Weitere Artikel zum Thema

La multiplication des tests ADN peut menacer leur proportionnalité