LCA, une révision en peau de chagrin

plaidoyer 03/2018 du

de

Le projet soumis aux Chambres fédérales fait pencher la balance du côté des assureurs, au détriment des consommateurs.

Si l’avant-projet de révision de la loi sur le contrat d’assurance (LCA) représentait un compromis acceptable entre les intérêts des assurés et ceux des assureurs (lire plaidoyer 1/17), il en va différemment de la mouture élaborée par le Conseil fédéral à l’issue de la procédure de consultation. Ce dernier projet, rendu public en juin 2017, conserve certes quelques points favorables aux assurés, comme le délai de résiliation de quatorze jours et le délai de prescription de cinq ans (au lieu de deux ans), mais il laisse tomber des éléments essentiels, aux yeux de plusieurs spécialistes.

Volker Pribnow, avocat spécialiste en droit de la RC et des assurances, a confié à notre partenaire alémanique plaedoyer que, selon lui, la version préparée pour les Chambres fédérales n’est globalement pas meilleure que la LCA actuelle, élaborée en 1908. Il ne voit pas de raison de voter en sa faveur. Elle maintient le bref délai de prescription de deux ans pour les indemnités journalières, abandonne la prolongation de couverture pour les dommages différés et laisse tomber l’obligation d’information supplémentaire dans l’assurance sur la vie. Autrement dit, le projet est privé des grandes avancées pour le consommateur, sous le prétexte d’éviter son échec devant les Chambres, déplore le spécialiste.  

Pour Helmut Heiss, professeur de droit privé à l’Université de Zurich, le projet du Conseil fédéral n’atteint pas ses objectifs, notamment parce qu’il n’est même pas compréhensible par les personnes au bénéfice d’une formation juridique (lire plaedoyer 2/18). Le spécialiste critique aussi le droit de l’assureur de modifier unilatéralement les conditions d’assurance, ne laissant à l’assuré que le droit de résilier. «C’est insatisfaisant du point de vue de la politique juridique», note-t-il. Et s’il devait voter sur le projet actuel? [...]

Attention: Article payant

Sans abonnement de plaidoyer ou Online-Abo, cet article est payant.

Abonnez-vous maintenant

Lire l'article

Les abonnés de plaidoyer ou Online-Abo peuvent lire cet article gratuitement.

Nom de famille/entreprise OU Nickname:
numéro d'abonné OU Mot de pass:

Acheter l'article

Cet article coûte 3,00 CHF
Payment seulement avec carte de crédit ou postcard. Vour recevez l'article en format pdf par email.

Acheter maintenant

Dieser Artikel ist folgenden Themen zugeordnet

Weitere Artikel zum Thema

«Il faudrait interpréter plus largement la clause de rigueur»

Quelques clés pour la mise en œuvre de l’initiative pour des multinationales responsables

Le diktat des assureurs privés